Je fabrique des objets et je les déploie quelque part

Chantiers armillaires

Category : Les expositions

Mon exposition Chantiers armillaires a été présentée à la galerie R3 de l’Université du Québec à Trois-Rivières en début d’année 2020 리듬세상 다운로드.

Depuis quelques années, c’est la sphère qui se prête le plus souvent à mes jongleries d’atelier. Qu’il s’agisse de dômes, de coupoles ou autres objets ronds, la sphère est une forme abstraite mais toujours reconnaissable 결혼합시다 다운로드. Bien qu’elle émerge d’opérations simples comme les pivotements et le compactage, elle est néanmoins toujours très difficile à construire, à preuve sa rareté en architecture memories ost of the Alhambra Palace. Cette difficulté de construire la sphère oblige ainsi à déployer des langages qui se mesurent au test du réel. Les choix sont corolaires à des matériaux qui, par ailleurs, sont souvent utilisés à contremploi.

L’ensemble de l’exposition donne une impression de chantier inachevé. De par sa facture brute, l’on imagine que tout y est mais en dessin, en armatures. La matière nous sollicite, sensuelle et insistante. Les sphères sont là en puissance, compte tenu de la prévisibilité de la forme. Cependant, il en manque souvent une section, laissant voir tantôt un exosquelette ou une rythmique de rayons. Un protocole qu’on poursuit jusqu’à épuisement, chacun pour soi. Dans un sens, le traçage d’une sphère est une fin est annoncée, celle de la forme la plus facile à concevoir. Or pour la construire avec des matières qui s’y refusent, même l’amorce la plus sobre peut conduire à l’excès et au bruit… au bricolage.

Merci à Lorraine Beaulieu pour l’accueil à la galerie et à Chen Tian Zhang pour la vidéo.