Je fabrique des objets et je les déploie quelque part

Les sculpteurs s’appliquent tantôt à tailler dans la matière, à assembler des composantes ou à en mouler d’autres. Dans tous les cas, je m’intéresse à la technicité de la sculpture, qui est le langage propre à chaque procédé de fabrication. Le plus souvent, je réalise des sphères.

J’ai d’abord construit quelques dômes en bois, reprenant un vocabulaire de charpenterie traditionnelle à tenons et mortaises. En fonderie, ces mêmes pièces porteuses de la structure portent maintenant une matière en fusion vers la périphérie. Or cette fois-ci, les chemins de coulée vont rester en place pour faire partie intégrante de l’œuvre, tout comme l’armature d’un parapluie.

 

La fonderie d’art est une technique capable de créer l’illusion. Elle procède aussi d’une logique toute particulière. Son architecture en est une de circulation de matière, à partir d’un réceptacle (ce qu’ils appellent la tasse) vers les chemins de coulée et enfin les extrémités  (la sculpture).