Je fabrique des objets et je les déploie quelque part

Dans la localité de Scott en Beauce, le vieux manoir Atkinson reste un symbole associé à l’exploitation de la matière ligneuse. Les autorités municipales l’ont d’ailleurs rappelé par la réintroduction d’un pan de mur de l’ancien manoir dans le nouveau bâtiment construit sur le site mais aussi par l’utilisation des arbres coupés lors de la tenue du chantier, pour en faire des éléments de rappel à l’intérieur.

Lors de ma visite des lieux, j’ai noté la ressemblance de ce bois équarri avec la matière que j’utilise moi aussi dans mon travail de sculpture, surtout lorsque j’ai recours à la chaudronnerie d’art. Il s’agit d’une technique de métallurgie qui consiste à construire patiemment la sculpture au moyen de plaques de laiton qui sont découpées comme le patron d’un vêtement, puis martelées et ajustées les unes contre les autres sur une matrice de bois, afin d’être ensuite soudées en une seule coquille.

Tout près des trois quarts 2016 Laiton chaudronné, bois, huile de lin et cire d’abeille, 51 cm diamètre

Pour le projet de Scott, parlons d’un bosquet d’arbres schématisés qui sont d’abord faits de bois en pièces de 5 x 5 pouces, jusqu’à constituer de gros collages qui sont ensuite sculptés. L’ouvrage de laiton chaudronné suit fidèlement le massif de bois pour en reconstituer même la structure interne ; c’est dire que les plaques épousent parfaitement la forme de la matrice, allant même jusqu’à en reprendre le motif de damier, par le biais des cordons de soudure non meulés. Sur l’une des faces, l’on constate que les volumes coniques paraissent incomplets, à la façon d’un chargement de bois dont on aurait retiré quelques unités. Bien au niveau, ces faces cannelées que l’on retrouve sur chaque sculpture amènent une part plus géométrique à l’ensemble, faisant peut-être songer au passage de la forêt jusqu’au commerce du bois et à la construction.

Cette maquette de travail a été faite dans un collage alternant des pièces carrées de bouleau jaune et de chêne, le but étant simplement de voir évoluer, en surface, les conséquences du travail sur la forme.

Revenons donc à ces pièces de 5 x 5 pouces que j’utilise pour en faire de grands agglomérats qui sont ensuite sculptés, puis apportés chez le chaudronnier pour qu’il prenne le relais. C’est par commodité, pourrait-on dire, que sont constitués ces gros blocs de bois plein dans lesquels on taille à la scie mécanique. Cette opération est appelée la taille directe. Or, l’on peut aussi percevoir qu’il y a dans ces collages une notion de construction de la forme, mais bien par addition, à partir de la même unité de 5 pouces cubes, qu’on pourrait appeler des voxels. Imaginons par exemple un pixel comme étant l’équivalent en photographie de ces poutres toutes pareilles logées dans la masse, faciles à localiser et à compter. Vu ainsi, c’est comme si l’on avait sculpté la forme directement dans un bundle de bois d’œuvre.

Bien que ma démarche en sculpture soit généralement abstraite, je m’en remets au processus lui-même pour en arriver à un rendu final qui lui, peut certes renvoyer des images qui soient reconnaissables. Par exemple, de simples formes coniques pourraient ne pas évoquer grand-chose pour quelqu’un qui cherche intensivement la figuration dans ces objets. Or, c’est le simple fait d’avoir retiré quelques pièces des matrices qui, en arrondissant les fûts, permet qu’apparaissent des profils bien plus proches des références aux feuillages ou aux conifères. Et cela, on le doit à des interventions géométriques qui ont été faites en amont!

Nous mettons toujours tout en œuvre pour créer des interventions très sculpturales qui s’activent et se transforment au gré des déplacements. Ici, le contexte est encore bien plus explicite, alors que l’installation se trouve au cœur d’une boucle carrossable devant l’édifice. Ces présences d’allure arboricole se dressent à l’ombre des grands arbres. En tournant autour, les éléments passent devant les uns des autres. Graduellement, elles nous montrent tantôt des plans courbes dont les surfaces sont modulées de lignes droites, pour ensuite alterner vers des plans droits, mais découpés en courbes.